les pages de l’été

Mère Edith m’a demandé de faire un petit check-up des livres que vous pourriez lire cet été. J’aime bien l’idée. Pour ceux et celles qui pensent que je vais vous détailler les dernières sorties de Mr Schmitt ou Mme Nothomb : passez votre chemin. On va carburer dans le rock n’roll et la littérature agressive. Histoire d’arriver à la ducasse avec des idées qui tranchent le beurre, bronzés par le farniente et peut être pas plus intelligent qu’avant mais heureux d’avoir échangé sur des transats sur l’avenir de la belle-lettre.

Je suis pas certain que vous trouverez toute la came dans la médiathèque mais à vol d’oiseau, en comptant les bouchons sur l’A25 et comme je suis serviable et que tous ces livres se trouvent en poche ce ne sera pas dur de vous les offrir. Je pense aux petits budgets.

Déjà, pour les amateurs de romans noirs et subtils il faut s’en référer à Donald Westlake et sa série avec un personnage qui s’appelle Dortmunder. Comme c’est une série mais que tous les livres sont indépendants les uns des autres, faites l’effort de lire la 4ème de couverture et lorsque vous voyez le nom du héros inscrit quelque part : vous subtilisez le bouquin pour vous marrer avec force.

 

le livre sans nomEt pour éviter les vieilles bigotes américaines qui pondent des livres tous les 6 mois, vous passez aussi chercher « Le Livre sans Nom » écrit par un anonyme et qui dépote grave dans le sanguinolent.

 

Plus profond, livrant des phrases comme des couteaux, sans chichi, et très black is beau : les romans de Pascal Garnier qui sont autant d’ombres que de lumières.

 

Dans le rayon roman grand cru (et là j’invite les profs de « lettressss » à ne pas suivre mes conseils) une vraie douceur : « La Délicatesse » de David Foenkinos. Là aussi, tous ses livres se valent et mériteraient un meilleur traitement que ces quelques lignes.

En poursuivant la route : faites halte sur « Les Sales Bêtes » de Jacques A.Bertrand qui explique que l’homme est bien pire que les araignées. Cet auteur a aussi écrit « J’aime pas les autres » en 10/18 et je serais enclin à le comprendre.

Dans la même veine les romans de Serge Joncour comme « L’idole » où comment devenir une star du jour au lendemain sans savoir pourquoi (roman caustique sur les dérives du vedettariat avec les fameuses « 5 minutes de célébrités » de Warhol).

Bien sur n’hésitez pas à piocher dans n’importe quel roman de Jaenada en préférant « Le Chameau Sauvage » ou « La Grande à Bouche Molle ».

Idem pour Régis Jauffret et un bel « Univers-Univers » ou « Microfictions ».

Jean Paul Dubois qui est un auteur qui se regarde la bite mais nous fait rire et pleurer dans « Une Année Sous Silence », est merveilleux dans « Tous les Matins je me Lève »ou son dernier « Les Accommodements raisonnables ».

 

Pour le Djian annuel, préférez l’avant dernier : « Impardonnable », un auteur capable d’écrire ça : « Se fixer des buts dans la vie, c’est s’entortiller dans des chaînes. » est forcement un grand écrivain.

 

Idem pour le thème de la disparition dans les livres d’Arnaud Cathrine excellent de tout en bout quel que soit votre sélection

 

Pour les mesdames en quête d’identité « Boys, Boys, Boys » de Joy Sorman est indispensable dans leurs bagages. Jusque là j’avais Virginie Despentes dans mon lit, maintenant elles se partagent ma couette à deux. Valeur égal. Sur le paillasson car j’aime mon aise je mettrais aussi Lorette Nobecourt « En Nous la Vie des Morts ».

Sans quitter ces chers « disparus » : où comment en arriver à se quitter soi-même : Yannick cercleHaenel et son « Cercle » Prix Roger Nimier (lui aussi parti trop tôt) vous fera changer d’opinion sur vous-même…

Je viens aussi d’enfiler les romans de Christophe Donner avec délectation. Lui c’est pleins de bidules intéressants comme « L’empire de la Morale » qui s’intéresse à la psychanalyse et au communisme sous un prisme d’autofiction. Tout le monde cause de Michel Onfray et sa critique de Freud : lisez celui là et vous épaterez vos amis lors d’un barbecue. Si tenté que vous ayez des amis capables de vous écouter.

Au rayon des couillons qui sont chiants comme la tombe avec leurs précédents books mais qui étonnent par un bel opus : « La Porte des Enfers » de Laurent Gaudé.

Dans le classique de canailles désabusées remplacez Céline par « Louis Guilloux » et son « Sang Noir » 

et faites vous un bel avenir d’anarchiste populaire avec les romans de René Fallet qui vous feront penser à Brassens et c’est normal vu que c’était deux potes de toujours.

 

Et « Le Métier de vivre » de Cesare Pavese qui est assez ardu mais oh combien riche. Apparemment ce fut assez dur comme boulot car il s’est suicidé…

voyez comme on danseDans le toujours agréable même avec le temps :  y a forcement les Jean d’O…et les Dutour parce qu’être de droite c’est pas forcement mauvais comme Zémour

Vu qu’il faut faire une place et une belle aux ricains :

faites une halte fabuleuse chez Richard Ford (je sais que certains n’aiment pas et ne récoltent donc que mon mépris) ou Richard Bausch, Richard Brautigan, et Michael Chabon (pour prouver que je ne suis pas obnubilé par les Richard d’outre-Atlantique). J’aime bien aussi John Fante qui lui avait des racines italiennes ou son fils Dan (toujours Fante et pas Franck)

 

Chez les « britons » penchez vous sur….

 

Nick Hornby et son dernier « Juliet Nacked »     ou les livres de Martin Amis et là vous ferez une bonne pioche avant que le désherbage vienne contrecarrer mes dires.

villa mataspour conclure avec un zest d’Amérique du sud : les romans d’Enrique Vila-Matas dont le style rappelle Dino Buzati et ses livres surréalistes

Je décline toute responsabilité en ce qui concerne ces choix. Et j’attaque Mme Edith si jamais ces quelques phrases se retrouvent dans le journal du village.

le  moucheron

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s